Curcuma: Le Bienveillant

 Un célébre médecin a dit un jour: Laisse ton alimentation être ton médicament. Je suis convaincu qu’il n’y a pas de meilleur exemple que le curcuma, The Golden Spice. Cette merveilleuse racine a maintenant été longuement étudiée par la science moderne qui n’a pas découvert mieux que ce qui avaient déjà été décrit dans les textes ancients. Vous trouverez difficilement un curry en Inde sans une cuillièrée de cette formidable épice. A l’est, le curcuma est autant intégré dans les cuisines familiales que dans la pharmacie des médecins. Son large spectre de propriétés (antibactérien, antioxydant, anti-cancer, anti-inflammatoire…) le rend aussi précieux que l’or. Pendant de nombreuses années et jusqu’à l’arrivée du mode de vie moderne, l’Inde a souffert de l’un des taux de cancers les plus bas au monde, l’une des raisons est sans doute son alimentation basée sur les épices.
Avant tout, j’aimerais insister sur l’aspect divin de cette racine. En effet, le curcuma ou Haldi en Hindi, est l’une des plantes les plus sacrées d’Inde. Comme cela a été décrit dans un article précédant, le sacré soutient et protège la vie. Sa dimension divine a été exploré par les grands sages qui l’ont honoré de nombreuses appelations prestigieuses. Parmi lesquels:

 

Bhadra: Béni, Bienveillant
Kalchani: La déesse en or
Mangalapradha: L’Auspicieux
Mangalya: Un cadeau divin
Pavitra: Sacré
Soubhagaya: Chanceux

Varvarnini: Celui qui est élu

Haldi a la grande capacité de retenir puis de diffuser la vibration subtile des prières ou des intentions. Ceci explique pourquoi il est autant traditionnellement utilisé dans de nombreuses cérémonies religieuses en Asie. D’un point de vue ayurvédique et dû à ses trois principaux rasa (goûts), le curcuma équilibre les trois doshas. Grâce à son goût piquant, Vatha et Kapha sont pacifiés, il lui permet également d’améliorer agni (métabolisme) et donc de réduire ama (toxines) en purifiant les différents dhatus (tissus) comme le sang, la graisse, les nerfs. Grâce à ses goûts amère et astringent, Pitha est controlé.

Le curcuma possède plusieurs autres noms. A travers une séléction de certains d’entre eux, je résumerai quelques unes de ses propriétés:

Yuvati: La jeune femme

Le haldi a une large palette d’effets sur le système reproducteur féminin (la poitrine incluse). Il régule les règles et leurs douleurs associées. Il aide à traiter la leucorrhée. Il augmente la production de lait après l’accouchement. Il protège contre le cancer du sein. Etant un léger stimulant utérin, il doit être utilisé avec précaution et avec l’accord de votre médecin durant la grossesse.
Autres noms: Yoshitrapriya (Le bien-aimé des femmes)

Umavara (L’un des noms de l’épouse de Shiva)

Varnadathri: Celui qui rend la peau dorée

Afin de bénéficier de tous ces effets le curucma peut être utiliser en externe comme en interne. Comme la santé de la peau est directement lié au sang, l’effet purificateur sanguin du curcuma agit dans des cas comme celui de l’exzéma, du psoriasis, de l’acné, des infections fongiques… Le curcuma est également un cicatrisant très efficace. Son astringicité stoppe le saignement, son effet antisceptique prévient les infections et ses propriétés anti-inflammatoires réduit les cicatrices. Aux côtés de l’Aloé Vera, le curcuma est le meilleur allié de la beauté des femmes.
Autres noms: Ratrimanika (Belle comme le clair de lune)

Hemarakini (Qui donne le teint doré)

Jayantri: celui qui gagne contre la maladie

Il a été démontré dans différentes études que le curcuma agit préventivemment sur plusieurs strucutres internes tels que le rein, le foie, le coeur, le cerveau les intestins, les articulations… Afin d’atteindre cet état prtecteur, le curcuma doit être incorporé dans un régime régulier sur le long terme. Jusqu’à présent, aucune toxicité a été rapportée même à hautes doses et aucune contre indication formelle existe.
Autres noms: Vishagni (Celui qui tue les toxines)
Rabhangavasa (Celui qui dissolve les graisses)

Kringhna: Celui qui détruit les pathogènes

Autant par voie interne qu’externe et dépendemment du spectre pathogénique, le curcuma a une activité antivirale (Infuenza, parainfluenza, RSV, adénovirus, VIH), antibactérien (staphylococcus, streptococcus), anti-fongique (Aspergillus), antiparasitique (Amibe) et anti-helmintique. Traditionnellement, le curcuma est utilisé comme préservateur alimentaire.

Autre nom: Krimighni (Destructeur de vers)

Hridayavilasini: Celui qui donne de la joie au coeur

Puisque la santé est directement lié au bien-être et au bonheur, le curcuma apporte en définitive joie et santé. Parlant du coeur comme un organe biologique, nous devrions plutôt considérer le système cardio-vasculaire que le coeur forme avec le sytème circulatoire. En ayurvéda, l’activité purificatrice sanguine du curcuma est bien connue à travers ses goûts amer et astringent qui refroidissent le sang. De plus, c’est un anti-coagulant prouvé et donc protège contre l’ischémie. Il promeut la production de globules rouges et abaisse le cholesterol. Il est intéressant de noter la présence de curcuma dans de nombreuses formulations ayurvédiques contre le diabète.

L’effet anti-inflammatoire, anti-oxydant et anti-tumoral:

La Curcumine est un puissant inhibiteur de la cyclo-oxygénase et de la 5’-lipo-oxygénase. Ceci signifie qu’elle réduit la production de prostaglandine E2 impliquées dans les douleurs et inflammations. Sa consommation peut être recommandé avant et après les efforts physiques intenses. A travers cet effet, le curcuma est recommandé dans les maladies inflammatoires telles que les arthrites et maladies inflammatoires des intestins.
L’oxydation des tissus humains provoque le vieillissement biologique cellulaire. On le trouve dans de nombreuses maladies chroniques telles que l’arthrite, la cataracte, les cancers, le diabète… il est également intensifié par la fumée de cigarette, la pollution de l’air ou encore les additifs alimentaires. La Curcumine a un effet triple. Elle piège les radicaux libres, augmente les enzymes anti-oxydantes et inhibe la peroxydation des lipides.
Finalement, à travers l’inhibition de la topoisomérase, la Curcumine aide à prévenir et traiter les cellules tumorales. Des études modernes ont trouvé des effets significateurs sur la peau, le foie et les organes reproducteurs féminins. Les inflammations chroniques et l’oxydation des organes sont aussi responsable de l’incidence des cancers.
Dose:
La dose peut monte jusqu’à 9 grammes trois fois par jour sans aucun effet secondaire. Veulliez en référer à votre médecin pour des recommandations spécifiques. Une consommation d’un gramme par jour est tout à fait raisonnable en prise préventive.
Conclusion:
Pendant des siècles, le curcuma a été utilisé autant comme aliment que comme médicament. Les médecines traditionnelles présentes en Asie du sud-est ont largement décrit ses bénéfices. Maintenant, la science moderne confirme son large spectre d’efficacité et, de cette façcon, rend hommage à la sagesse de ces ancients systèmes médicaux. Le curcuma est hépatoprotecteur, cardioprotecteur, néphroprotecteur, neuroprotecteur, mais aussi anti-inflammatoire, anti-oxydant, anti-mutagène, anti-bactérien etc. Cette precieuse épice mérite tous ses noms divins et toute sa place dans votre cuisine.
References:
Turmeric: the spice of life. P. de Jager. Full circle. 2011
Indian medicinal plants. Forgotten healers. Dr P. Paranjpe. Chaukhamba sanskrit pratishtan. 2001

National Center for biotechnology information: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK92752/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*